jeudi 22 mars 2018

TRICOTER DES HYPOTHESES

Entre le réel et le fac- simili de l'objet 
Liz Magor  (1948) depuis 40 ans interroge la modestie du quotidien  , l'accumulation des objets  et notre relation intime  entre le champ du réel et l'illusion d'objets mis hors contexte  recouverts d'une gangue factice  et le trouble justement nait de cette perception qui permet de réorienter notre rapport entre les choses présentées et leur relation à nous - mêmes 
Le regardeur devient  le créateur d'oeuvres d'art un dialogue s'instaure  différent pour chacun  avec tendresse ou dégout  amusement ou rejet 
selon ses propres souvenirs et notre place dans la société
"Peut- être s'agit-il de fonder enfin notre propre anthologie:celle qui parlera de nous , qui ira chercher en nous ce que nous avons si longuement pillé chez les autres 
Non plus l'exotisme mais l'endotique "
 Georges Perec, l'infra - ordinaire  1989
Notes sur le fascicule de présentation  
Le travail  de LIZ  MAGOR  pour la première fois en France  au M AM A C  à Nice déployé sur 1200 me2  permet de prendre la mesure de cette démarche singulière 
Elle vit et travaille à Vancouver 
Son attention particulière à l'usure  aux outrages du temps  la préciosité apportée aux réparations à rebours de notre appétit compulsif pour le nouveau et l'inaltérable  
Le choix des images est  personnel et c'est après que la réflexion se met en branle car si insolite que soit l'exposition  il se dégage  un malaise  moqueur ( je pense aux couverture de laine  qui de maison en maison se trouve dans un grenier à recouvrir de vieux meubles oubliés que plus personne ne veut ) 
ainsi que ce déménagement qui trouble car c'est un peu de sa vie mise à nue et qui ouvre l'exposition 
 
 
Ainsi de suite  les objets défilent  et même ce tas de cailloux  qui sont des moulages de cailloux mélangés au vrais l'imagination est sans fin  la serpillère oubliée comme clin d'oeil   
 etc 
sourires aussi en repartant  par le regard sur une autre exposition  , je n'ai pu relever le nom de ce magnifique centaure rose  pour égayer le ciel si gris de  ce jour à Nice la Belle