dimanche 10 novembre 2019

PETITS OBJETS EN OEUVRES D'ART(Netsuke Sagemono)

Quand on n'a pas de poches , il faut savoir être inventif ...
Au Japon dès  1603  (début de la période Edo  ) le royaume est apaisé réunifié et les petits objets utiles de chaque jour deviennent  le support d'un raffinement particulier


Les japonais suspendent à leur ceinture leur bourse ou boîte , pipe fine et allongée  ,pot à tabac avec de fines brindilles de tabac appelés cheveux d'ange  pas( d'opium chez les japonais )  même un écritoire  comme un petit carnet de notes , cette boite est  en bambou ou bois de cerf  SAGEMONO 
 décorée de feuilles d'or ou gravée est retenue par des cordons de soie que bloque une sorte d'anneau  simple ou de figurines sculptées 
 NETSUKE
Là commence tout un rituel symbolique de représentation étranges  et caricaturales ( Que l'on retrouve dans les bandes dessinées très appréciées  (Manga )  des personnages mythiques 
 Tel ce petit bonhomme rouge à grosse tête, dont les bras et les jambes sont atrophiés  car il a trop médité !! et ses paupières coupées  pour ne pas s'endormir  on dit même qu'en tombant ... elles firent pousser l'arbre à thé
Le musée nous offre une collection de petits visages grimaçants  finement sculptés dans de l'ivoire, divinités , génies ou facétieux démons  qui la nuit venue s'éveillent et prennent vie pour tourmenter   les enfants ou ceux dont la conscience n'est pas en paix 
KAMI ou YOKAI
Il est fortement conseillé par un décret en 1614 Que toute maison devait être pourvue de la  représentation d'une divinité 
Alors, les nuits de plaine lune on perçoit des bruits de vaisselle cassée  ce n'est que  la gardienne du foyer au corps en assiettes ( estampe Hokusai ) qui va se promener 

 Chaque représentation laisse parler de sa condition  c'est un marqueur social et religieux Vers 1850  le Japon s'ouvre vers l'Occident  et ces objets sont recherchés et toute une industrie s'applique à reprendre les modèle originaux  les personnages sont plus grands et sous une vitrine  du musée  on peut admirer la finesse et le réalisme de ce  petit monde rural ,pêcheurs, femme et enfants , animaux ,jardinier , laboureur 



Sous le regard du cheval d'or( N'GuyenVan Minh )  que   s'achève la brillant prestation de Frédéric Pédron  devant un public attentif 
Notes prises  en résumé , sur le petit fascicule du musée et les  termes du conférencier en espérant être restée dans le propos voulu
 pour ne pas être trop technique sur le sujet assez pointu de l'histoire d'un lointain pays d'un autre temps
Jusqu'au mois de Mars 2020  


jeudi 10 octobre 2019

L'ACTE DE PEINDRE ...OU L'INACHEVE

De l'inachevé érigé en acte de peindre , comme chez Cézanne précurseur de cet ancrage dans le paysage et la captation de la poésie du lieu

A l'invitation du Musée Granet d'Aix en Provence à venir travailler sur le motif en 2018 FABIENNE VERDIER conçoit et fabrique un atelier  nomade face à la Ste Victoire 
50  oeuvres grand format sont présentées au Musée Granet à la découverte de l'artiste ,  de son parcours , de sa vision et de sa philosophie 
"Le cerveau du regardeur lit le paysage sans qu'il soit peint  tout entier et c'est à partir de ce concept , de cette notion que j'ai   trouvé un écho en moi et j'ai dédié tout mon travail à cette idée de la  fluidité du réel "
Mais il reste également la lumière et le mouvement 

Enfant à Toulouse , elle était fascinée par le vol des oiseaux et la danse des papillons 
"Je suis allée à 20ans en 1982  au bout du monde pour chercher cette connaissance là , ou Cézanne y était arrivé seul devant la Ste Victoire , en intégrant dans sa peinture l'absence et l'espace..., très critiqué devant l'inachevé , cette modernité n'était  pas acceptable , à la fin de sa vie Cézanne avait compris que le vide , c'est la forme 
Il faut des années de pratiques pour y arriver , et intégrer l'espace et le mouvement comme dans la peinture chinoise 

10 ans de souffrance  d'humiliation et de rejet , des années d'ascèse et de méditation    Fabienne Verdier pugnace, dont  le  caractère fort apparait dans ses oeuvres qui ne sont pas simplement des traits  et de la peinture 
C'est la vie , la respiration qui vibre dans chaque geste 
Le vieux maître la faisait grimper les sentiers , marcher dans le froid et la pluie le vent,  un dur apprentissage ( Lire La passagère du silence)  Chaque élément faisait vibrer la peinture ,alors,
 elle a cessé de lutter pour faire corps avec eux
La discipline par la préparation minutieuse des pinceaux et des bâtons d'encre permet de s'apaiser et met en condition l'artiste à l'acte de peindre et de faire le vide en soi,  et quitter le monde des hommes   Faire des fonds par couches successives , glacis enduits  travail fastidieux mais indispensable à la concentration par la patience  et forment comme  le terreau  de l'oeuvre
l'Eternité de l'instant 



A son retour  10 ans plus tard Elle est désorientée par le format des papiers trop petits, elle note sur des carnets  les mots qui font jaillir un signe , pendant 4 ans elle étudie les maitres flamands, elle cristallise son regard pour trouver la ligne de force chez ces peintres de la renaissance , elle déconstruit et son énergie se communique dans les immenses toiles  afin de retrouver 
"L'unique trait de pinceau " 
C'est une quête spirituelle de tenir les contraires en équilibre 
Le vol des oiseaux 
le corps en mouvement 
elle peint , elle danse et devient corps- pinceau  dans un unique et irrésistible corps à corps 
Ses dernières recherches vont vers la musique  la ligne musicale  , elle entend dans la ligne peinte une sorte de ligne sonore  
Fabienne Verdier respire dans un tourbillon sans fin 
Elle est vivante comme la vie même 

Sa dernière installation en direct devant la Ste Victoire  et son énorme pinceau   
on retrouve ici , devant plusieurs motifs , un modeste   choix les trois sujets forts : la montagne la musique et la ligne de force des tableaux flamands 
J'espère avoir  été fidèle 
Notes prises par ci par là  revues lectures et un  ressenti très fort tout au long des 2h  de visite personnelle  sans contrainte , avec une amie 
La passagère du silence 2003 
Entretien avec Charles Juliet 2007
Les maîtres flamands 2013     et d'autres  ...que je n'ai pas lus

 

mardi 24 septembre 2019

LES LIGNES DE FORCE

Rien n'est inutile...un détail , une lumière , laisser surgir lentement de chaque image un chemin qui s'éloigne du sujet pour se rapprocher de soi-même et dans la pensée de Fabienne Verdier  une constante , la volonté de lier ce qui est épars 

Elle regarde avec intensité le monde, pour y déceler ses lignes de force
Les formes communiquent entre elles, pour ne plus en faire qu'une et découvrir alors dans chaque objet la manière particulière dont se dirige la ligne et son axe générateur
 "Qu'est -ce qu'une idée ?
C'est une image qui se peint dans mon cerveau "
Voltaire ( 1764  Dictionnaire philosophique portatif)


Fabienne Verdier oriente sa réflexion par un retour à l'ordre  , par un mouvement d'opposition indispensable entre les lignes en retrouvant le souffle qui les a engendrées 
La source jaillissante est en toi si tu n'en bouches pas l'issue
Angelus Silesius  (poète allemand)
A suivre

dimanche 15 septembre 2019

HARRY GRUYAERT UN AUTRE REGARD

Le regard est somptueux dans le quotidien présenté  et glisse sur les ambiguïtés des apparences
Tout est dit  
L'Hôtel des Arts de Toulon, une fois encore nous enchante 
Partenaire des Rencontres  Photographiques d'Arles ,le travail  de Harry Gruyaert est ici proposé comme un voyage  , des rivages du Nord , des brumes de l'Irlande  aux splendeurs de l'Inde, au charme du Maroc   et des lumières de New-York 
Tout est poésie , il harmonise les couleurs aveuglantes et alors tout devient une évidence qui donne à voir et revoir 
Le cadrage audacieux  et la mise en scène instinctive  de l'artiste fait souvent référence aux peintures flamandes , car dit -il 
"Je suis flamand , j'ai vu ces peintures , bien sûr , mais c'est dans l'ordre de l'inconscient " 
Jouons le jeu de salle en salle 



 




Désolée  c'était trop tentant 
Harry Gruyaert
et les Amis du Musée  en attente de la visite 
en spectateurs attentifs


et cette dernière qui me touche beaucoup après quelques clins d'oeil moqueurs 
Ce n'est qu'un petit aperçu ... d'un choix personnel