mercredi 12 septembre 2018

EXAGERER POUR INVENTER

Ne croyez pas Bonnes Gens  à une braderie au Musée 
"Au décrochez moi ça " 
En passant sous les pendouilles cravates -pantalons -vestes et chemises  
le hall et le grand escalier évidemment se prêtaient à cet agencement , je erre à la recherche du souvenir en dentelles que Joana Vasconcelos nous habituait  d'exposer 
Le propos ici est différent  "Le grand défi dit le fascicule est d'être décoratif (!!!)et conceptuel Dégager du sens (!!!)
Son travail combine ici par les objets usuels , arts appliqués le savoir faire issu de la culture, portugaise 
une sorte de manifeste par l'exagération des formes,  principe créatif de l'artiste  Sculptures et installations révélatrices d'un vrai sens des proportions et de la couleur ( là c'est vrai ) 
Défi des pesanteurs du quotidien " 
De salle en salle je cherche  ... 
 chaussures  cravates  ceintures et poches



de la poignée de cuisine  au lavabo et la douche les  objets familiers  les carreaux  industriels qui recouvrent les façades au Portugal ( son pays d'origine)  se recouvrent de tricots crochets et dentelles à profusion  






 




 



























Séries animalières de Raphaël  Bordalo  Pinheiro que l'artiste recouvre de crochet pour les protéger et les décorer en même temps 
Au premier étage un relief en crochet de laine fait à la main dans un cadre doré comme une oeuvre art abstraite 

L'univers des défilés de mode par un tourniquet ironique  de chiens   et de bris au sol 
pas très heureux

ainsi que la version du lac des cygnes gonflables sur un tapis célèbre dans la région d'Evora 


Clin d'oeil à la statuaire en ciment  des jardins recouvertes de crochet en coton
 Lilaea  et Madison  2017
et les poupées ,cheveux ,dévidoirs de fils , télévision  qui dénoncent les Fashion victims de la mode Critique  de la société contemporaine  et le statut de la femme ou l'identité nationale 

 
VOILA VOILA
















samedi 8 septembre 2018

UNE ROBE , UNE VIE

Florence Delay  mène l'enquête   ...
ou le dessein secret de Zurbaran rejoint celui du couturier Balenciaga 
Son père était drapier et dès l'enfance Francisco a découvert le pouvoir des étoffes Il a revêtu des plus somptueux costumes ces saintes qu'il glorifie 
Il tissait avec ses pinceaux pour l'un 
Musique et architecture peintre pour la couleur , architecte pour la forme , musicien de l'harmonie pour l'autre
Devant les créations du Peintre et du Couturier , on se dit que l'étoffe elle - même a eu l'idée de la forme et, réciproquement , que la forme a choisi l'étoffe 
tout est dit 
Un ruban de soie rose noué dans le dos  - L'âme de la robe ?mais que deviennent les robes sans celles qui les ont portées?
et le petit noeud vert qui ferme la cape d'Apolline en route vers sa palme 
Au fait ...qui étaient -elles ces oubliées ?

Petit livre érudit  et sensible dont ces notes relevées au cours de la lecture 
Choix personnel des illustrations













mardi 28 août 2018

IMAGES D'UN ICONOCLASTE

Si, d'avoir manqué le concert récital du virtuose Philippe Bianconi est encore un grand regret  (Le monde lui consacre un bel éloge  sur le fantastique allemand par le biais de Robert Schumann)
Il me reste les images peu de temps avant ce manquement ,de la visite au musée de la Côte St André , lieu toujours émouvant car l'esprit d'Hector Berlioz est si présent  et sa vie  de pièces en pièces de  déceptions en regrets bien qu'il n'y soit pas resté longtemps
  C'est un ensemble intime chez ces grands  notables bourgeois  ceci expliquant cela  
Je ne me lasse pas de revoir  cette belle posture  juste au rez de chaussée
L'exposition propose de retracer, à partir de portraits et de caricatures du compositeur ou de ses pairs  réalisés de leur vivant ,une nouvelle identité à la croisée du réel , de l'imaginaire et du sacré ( notes du petit opuscule ) 
Souvent  ce "double" entretient un mythe  qui témoigne  de l'incompréhension  ou de la désapprobation que suscitait  le génie novateur de Berlioz      






et ainsi de suite  la   collection  est très riche  ce n'est qu'un petit choix
et ce final que j'adore 
 L'année prochaine sera grandiose pour les 150 ans de la mort du compositeur et une commémoration nationale en plus 
Balcons intérieurs de sa maison donnant sur le petit jardin  des conférences


samedi 25 août 2018

JUILLET -AOUT RECAPITULATIF désenchanté

Le Bel été débute en peine ..nos amis d'enfance sont partis ensemble et nous laissent interloqués
LA VIE , UN TOURNOIEMENT SANS FIN
Comme la trace du pinceau qui reprend la tige effacée, demain est un autre jour 
LA VIE ENGENDRE LA VIE 
Et la rose refleurit sur le vieux rosier , comme les images insolites qui disent autre chose par les yeux de Chema  Madoz  une exposition à Hauterives
ETE BRULANT 
La  canicule  implacable quand la lumière triomphe Monsiur O'Malley recherche la fraîcheur de la vieille maison 

L'INFINI SANS FIN
Inlassablement entre l'arbre et l'oiseau, entre ce qui se donne et ce qui se cherche 
OMBRES DU TEMPS 
Lectures et réflexions, comme l'ombre sur le mur  ,comme tout n'est qu'illusion ,même le concert  attendu et annulé dans les brumes de la fièvre inopinée Il reste les images d'une exposition 
LA GRACE ET LE SACRE  
Les mots du bateau ivre 
"Mais j'ai trop pleuré , les Aubes navrantes 
Toute lune est atroce 
Tout soleil amer "
ET VOGUE  VERS SEPTEMBRE 
"comme un papillon de mai"