dimanche 22 avril 2018

LE TEMPS DES CONFERENCES

En une semaine , deux univers s'ouvrent ...richement racontés ,mais le trop d'informations comme le trop d'images , nuit
 Pourtant deux carnets de notes n'attendent que la traduction
Mais le temps manque , sans pour cela les abandonner complètement 
Aujourd'hui par un jeu d'aller et retour de la présentation de
 LA TOUR DE BABEL 
de cet orgueil démesuré de parvenir au ciel dans les nuages et lancer un défi à Dieu qui s'empresse de détruire la construction par un défi plus important encore ...l'incompréhension des langages qui engendre la  zizanie
 Des vestiges en Mésopotamie  jusqu'à la plus haute tour prévue de 1000 m ( Arabie Saoudite)


  
Moyen Age  et Brueghel , reste d'un   Vestige en Mésopotamie
Cornelis Anthoniez et la Tour livres de Michel Collée
le Parlement Européen reprend  le même principe...  et la future flèche à Dubaï
ET
au Quatrocento et une promenade à Florence avec GHIRLANDAIO 
Le peintre Florentin protégé des Médicis , qui doit. dans chaque fresque personnifier les grands donateurs
Les siècles et les siècles ne disent pas autre chose que la survie de l'homme par son pouvoir sur les plus faibles  Et si tout cela s'embrouille parfois dans le temps il est passionnant de mieux observer les détails les plus petits pour mieux comprendre la portée des représentations 
Le réalisme des visages , le geste infime ou le doigt pointé vers le sujet principal  Les postures 
ON N'Y VOIT RIEN 
disait Daniel Arasse dans ses enquêtes sur les évidences du visible  ( du Titien à Vélasquez, de Brughel au Tintoret 2000) 
On n'y voit rien  et ce rien n'est pas rien on comprend tout
Agréables heures d'évasion avec nos distingués conférenciers 

Chaque  partie des images est un tableau en soit où l'atmosphère des peintres flamand est présente par le paysage ,les oiseaux signe de vie, les coloris et les infimes détails , tout a une valeur précise Le calme et l'harmonie de l'ensemble







A suivre ....un autre jour peut -être