jeudi 3 septembre 2015

LE CADRE DE LEUR MAGNIFICENCE

Pour un retour dans un monde de " magnificence "
 selon Julian Fellowes  qui se retrouve bien souvent dans certains intérieurs ,images qui correspondent à son propriétaire et habitants du lieu 
Un roman lu dans le pré  " Passé Imparfait"   de Julian Fellowes  ( 2008)

" Rien dans cette pièce n'avait été acquis par les générations précédentes...
Rien à voir avec les décors hétéroclites  que l'on trouve dans les maisons de campagnes où se télescopent dans une seule pièce les contenus cumulés de quarante ans de collections réunies par les amateurs différents sur deux ou trois siècles 
... Il n'y avait pas de fleurs , ce qui est un signe révélateur et il n'y a rien de vivant en réalité , la perfection de l'endroit possédait quelque chose de desséché , de stérile "


Désolée de choisir le boudoir !  et la chambre de garçon ! de la prestigieuse 
" Villa Cavrois "de Mallet - Stevens restaurée
mais ... en contraste  un chaud et douillet bric à brac bourdonnant de confidences de thé à la cannelle et de cakes parfumés dont l'auteur certainement apprécierait le côté très cosy 
 

4 commentaires:

  1. belle la maison de Mallet Stevens, chaleureuse l'autre
    deux styles, où se sentir bien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des extrêmes où chacun peut faire son nid!!!

      Supprimer
  2. Le deuxième intérieur me semble plus "vivant" et accueillant :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans aucun doute ,Fifi et comme le dit l'auteur ,les générations ont laissé des traces et souvenirs , si bien que la pièce est chaleureuse même si les oeuvres d'art côtoient les petits riens si précieux dans une famille

      Supprimer