jeudi 25 août 2016

LES APRES -MIDI AVEC CHOPIN

Troisième rencontre sur les neuf journées avec  la virtuosité et l'enchantement , le lyrisme de Frédéric Chopin 
sous les doigts d'Abdel Rahman El Bacha
 à La Côte St André dans le cadre du Festival Berlioz  ( Intégrale pour piano solo ) 



Sous une chaleur " caniculaire"( dit la météo 36°)  il est vrai en attente devant l'église  sous bonne garde d'uniformes bleus vigilants et sympathiques  Déjà le plaisir de trouver la fraîcheur des voûtes séculaires 
Surtout pas de photos si gentiment conseillé , dommage si près du virtuose je garde en mémoire seulement  ses mains et son attitude calme et puissante 
Et sobrement et de plus en plus  fascinée par le jeu du pianiste  ," registre de l'intime par les formes brèves "Mazurkas,  Etudes ,La fameuse  Ballade op 23 
 Des thèmes qui font vibrer l'âme  , les souvenirs s'embrouillent et les larmes sont au bord du coeur Une heure trois quart sans interruption sans partition et la demande express de ne pas applaudir entre les pièces
 Un exploit de tension et de vertige épuisant aussi pour le public anéanti
Merveille  

Il était là ...il est déjà parti, mais les notes résonnent encore


samedi 20 août 2016

DE MUSIQUE D'AMOUR EN MELANCOLIE

Par la fenêtre du salon , ou le miroir au renvoi de son visage  ou encore dans l'escalier en bois aux marches usées qui descend vers le jardin 



 la présence du jeune Hector est d'autant plus  sensible que ses portraits à tous la âges s'échelonnent de pièces en pièces


Ce portrait est émouvant reconstitué  , un peu comme ses amours volages et insatisfaites  il retourna vers la fin de sa vie retrouver son premier amour , veuve , la vieille dame le reconduit ..si dans ses mémoires Harriett fut une apparition Marie Recio n'est qu'une ombre 
 C'était un vrai Romantique de son époque , de spleen et d'idéal....

Une  vie  se déroule  laissant une certaine mélancolie  comme certainement le caractère du jeune homme qui fuyait toujours et revenait, entre un  Père déçu mais encourageant son fils vers un destin différent de ses aspirations ( Louis Berlioz  ,Eminent docteur découvrant l' acupuncture pratiquant son métier comme un art ) 
et une Mère rigide qui ne supportait pas les fantaisies musicales de son fils  ..
aussi je cherchais en vain cette fameuse gloriette où il composait !  et qui se trouve en fait dans une ferme à la sortie de La Côte St André !! tout s'explique 

 Billet bien long  pour garder une trace et besoin alors de relire plus encore
 Surtout quand on sait que toute son oeuvre  est  en communion avec sa vie

mardi 16 août 2016

DU COTE DE LA COTE....SAINT ANDRE

Hector par ci Berlioz par là 
Tout frémit en cet Août si chaud et la Maison Natale de Berlioz sur la Grande Rue  offre un havre de paix dans  le jardin sous le balcon 


Quelques marches usées par les pas prestigieux de la demeure depuis 4 générations , la musique nous enveloppe Costumes, maquettes, dessins notes , c'est l'univers de Benvenuto Cellini   
UNE ORFEVRERIE MUSICALE 

selon le titre de l'Exposition  Persée nous accueille avec la tête de la méduse  ce destin de l'artiste qui touche Berlioz  trouvant dans ce parcours de vie une rapprochement avec la sienne 
Ce premier opéra trop moderne et fantaisiste est un flop magistral en 1838 C'est grâce à Liszt 40 ans plus tard il devient un triomphe en Allemagne et en Angleterre et sera interprété
 le 28 août au Château Louis XI par le Choeur de l'Opéra d e Cologne sous la direction de François -Xavier Roth 
"Je salue du regard  le Persée de Benvenuto ...et partons" 
Des mots à maux
A suivre pour un tour entre  les murs de cette maison si vivante et bruissante de pleurs et de mélancolie qui faisait fuir  Hector Berlioz  et  revenant sans cesse 

Ceci n'est qu'une faible partie du reportage , car l'exposition est très complète et il faut ici élaguer!!

jeudi 11 août 2016

MEDITATION ...REFLEXION

Depuis des milliers d'années 
Au de-là des continents  de l'Orient à l'Occident la contemplation d'une fleur ou d'un feuillage 
des Penseurs Grecs aux Sages - Lettrés
  n'est pas simplement un regard  posé
mais, une réflexion  qui va plus loin que la chose  Elle même , c'est aller au plus profond au coeur de la nature et de l'univers 
Si la fleur reste immuable et sera toujours une fleur , la pensée  varie , évolue , bouge et se bat  s'épanouit  encore et la rose sera toujours la rose  même si la brise agite son feuillage ou qu'un  écran voile sa perception



 
 

lundi 8 août 2016

BEN ET SES AMIS ...ETRANGES

En hommage au génie du facteur Cheval 
Ben a invité 30 artistes singuliers ,avec un seul mot d'ordre 
"Présenter  des oeuvres étranges"Défi lancé à l'imagination et la créativité

Ici au château proche du Palais idéal du Facteur Tout devient étrange

Se draper  dans un ample manteau  de nouvelles tricotées par Nice-Matin  et la talentueuse

 
Les hôtesses charmantes précisent que tous les artistes sont de la régions de Nice et du Midi
 Voir la grandeur du manteau derrière leurs sourires
Poursuivre  le périple de plus en plus insolite mais pas si absurde que ça
Attention la jeune et élégante cycliste se met en marche à son approche , de surprise j'ai failli rater la marche !!! autre signe étrange 
 Et de surprises en sourire les facéties imprévues
 Invitation à s'exprimer et trouver son "Ego Etrange"
et dans une pirouette se retrouver avec soi- même

Plus de 600 objets à en tourner la tête et s'écrouler sur le lit  en majesté de Ben au dernier étage 
Les idées  toutes tourneboulées
Hauterives dans la Drôme

mardi 2 août 2016

LES INVITEES SONT PARTIES...

Stanley a retrouvé sa quiétude, après la visite  mouvementée
des" Minettes -Princesses"  
Miaulements , grondements, esquives et souffles rageurs 


Elles sont arrivées comme l'année dernière en grand équipage et leur suite !!! de boîtes à chats  , boites à croquettes , boites à ...besoins!, remplissant le carrosse 
Mais l'herbe du pré , les odeurs , les oiseaux  ou autres papillons  ont balayé cette sophistication de la ville  Enfin le Paradis à la campagne 

La Princesse  Riglis a  grandi , toujours aussi drôle  avec ses petites oreilles et ses attitudes de nounous
C'était en 
Novembre 2015









Et Stanley le Bon Apôtre le  Sage  de 17 ans 
reprend ses habitudes tranquilles souriant dans ses moustaches de cette folle jeunesse