mardi 25 avril 2017

LES PETITES GRAINES

Il était une fois  la Belle histoire  des Fleurs du Bel  Eté , jusqu'à l'Automne  
En Mars  au moment de la lune montante ,
 les petites graines  ,comme des fétus de paille tout secs sont dispersaient sur de la bonne terre dans des cageots de fortune sur le balcon du  Mourillon 
en Avril  les semis bien fournis sont éclaircis 
 et gare à celui qui ne fait pas l'effort de dresser la tête 




 Et...quand un petit bouton apparait c'est le moment de les repiquer en petits pots 
Travail  long et minutieux qui casse les reins  
 Déjà une centaine de plants  qui vont grandir au doux soleil de Toulon  sous la tente aux bains de soleil 
,Un grillage est nécessaire car  Stanley gratte volontiers la terre fraîchement tournée 
Et ...pour la prochaine escapade à la campagne tout ce petit monde  se retrouve  en bordure de allées et arbres du jardin de la Drôme
 soleils des jours gris  , des jours de pluie 
Depuis tant et tant d'années que ce rituel est organisé 
pour le plaisir des yeux  
C'est tout le talent  que la jardinière d'occasion  est capable de faire ,
 le reste est réservé au plus qualifié
ET....Voilà 
 images de l'année dernière en espérant réussir aussi bien en 2017




dimanche 16 avril 2017

PALETTE MOUVANTE

Vagues d'or inlassablement tout au long de la route du regard  vers La Côte St  André 
Vagues émeraude des blés en herbe
Vagues brune  de la terre prête à la semence des maïs
Au  loin le Vercors  et les traces des neiges oubliées
Quelques nuages pour faire joli 
C'est la carte postale du jour d'Avril
Et le troupeau de chèvres gambadent  insouciantes  de tant de beauté Elles sont elles - mêmes paysage
 


jeudi 13 avril 2017

C'ETAIT UNE GARE ...

Entre autres ...
Gare de la Côte Saint André  au Rival 
"Quand je vois , effacées par la cruelle main du temps , les orgueilleuses richesses des âges évanouis
Quand je vois de hautes tours abattues sur le sol , et l'airain éternel
devenu victime d'une rage destructrice  
Quand , je vois l'Océan affamé gagner du terrain sur le royaume du rivage , ou la terre avancer dans les eaux , faisant d'un bain , une perte et d'une perte un gain 
Quand je vois ces échanges de forces ou ces forces mêmes entrainées au déclin, tant de ruines rapellent à ma pensée , que le temps doit venir emporter mon amour 
Cette pensée est comme une mort , elle ne peut que pleurer , parce qu'elle possède ce qu'elle craint de perdre "
SHAKESPEARE sonnet 64    écrit entre 1593 -1594
petite livre édité  au début du siècle dernier  il me semble  pas trouvé de date 
C'était hier   ... c'est aujourd'hui
 

lundi 10 avril 2017

UN SOUVENIR

C'était un jour d'été au château   d'Hauterives  en 1999  et la découverte d'une peinture lumineuse et colorée d'une tendresse  effleurée
Jacques Truphémus    né à Grenoble , fréquente les Beaux Arts à Lyon
 Avec pudeur et simplicité  je retrouve   un reportage hier soir sur Rhône Alpes Ce charmant artiste de 94  ans  qui parle de son travail pour cette rétrospective dans la propriété Caillebotte dans l'Essone  
INTIMITE  REVELEE 
ce titre est émouvant car tout en nuances  , sa femme disparue  ,les petites choses de la vie  
Le dépouillement du motif  des contours  tout est suggéré  , c'est un voyage au Japon  qui fut en son temps une révélation  
70 ans de peintures   et l'artiste est là attentif à chaque mot que le spectateur prononce
Sans en dire plus sur son parcours  les images sont elles -mêmes une ligne de vie 


J'ai un livret plus complet ...   à Toulon mais  c'est juste ce soir, un hommage à cet  artiste attachant comme un souvenir

mardi 4 avril 2017

MYTHES ET REALITES

 AIX  dans la douceur du petit matin    , les souvenirs en plus 
 La Fontaine inlassablement s'éblouit en jet  en continu
Et le café des  Deux garçons " 2 G  " a le goût des autrefois 
 

En laissant bougonner Cézanne figé dans sa solitude C'est un Mythe  qui rayonne  tout au long de la rue Mazarine ,   juste là  àL'Hôtel  de Caumont  




 
 Marilyn  Monroe et sa blondeur naturellement sophistiquée
 De la pin- up à la star d'Hollywood  tout en connaissant son histoire   (1926 -1962)
c'est surtout  la relecture de cette époque  et les clins d'oeil à notre belle jeunesse qui vrillent et les oreilles et les coeurs  ( Po po pidou )
(Dès l'entrée un petit film  et quelques images vite captées car bien sûr l'éternel problème de l'interdiction de photographier)
, Cette émotion  , ne vient pas  d'un sentimentalisme dépassé, mais  d'évènements qui s'entremêlent , Décidément  un air de fausse nostalgie souffle sur ces  remakes(Brigitte Bardot  dernièrement)   et  des plus jeunes ,aux vieilles branches  tous regardent échangent des commentaires , car lorsque l'on vit le présent et ses rebondissements il est impossible d'en  comprendre  la portée et  les conséquences
Intéressante présentation avec  en regard les années de Marilyn  et les évènements aux Etats Unis


"Marilyn utilise la photographie surtout pour elle contre Hollywood et les studios...elle suscite des séances de prises de vues avec les plus grands photographes de son époque , devenue unique objet de leur regard derrière l'objectif..."
 le mythe prend forme tout en restituant les deux faces de l'icône,
 solaire , lumineuse  et lunaire et vulnérable 
entre autre dans Vogue sur 2700 photos 8 seulement 
seront publiées à titre posthume en Septembre 1962 les noms des couturiers ne sont pas cités , car sa beauté irradiante lui permet de rester indifférente aux vêtements 
J'aime cette phrase..!
    Elle est  l'exact  opposé  du mannequin professionnel"
Notes relevées sur le fascicule de l'exposition  ce n'est ici qu'un minime aperçu des 3 salles et 2 étages d'expositions
Fin 
 
Les sculptures de Skoda  se montent et se démontent dans la cour  jusqu'en Juin 





A BIENTOT