mercredi 7 décembre 2016

FAISONS UN REVE

Approcher  du Bel Hôtel particulier  Cantini  rue Paradis à Marseille  



dans les lumières et les brillances  est déjà un rêve 

suite chronologique de l'exposition par un choix personnel des oeuvres 
toutes les planches représentées ici sont réalisées sur papier glacé comme archives 
Si le parcours est  ordonné en chapitre progressif  c'est pour entrer dans le processus de l'endormissement  et du REVE
Un long arrêt devant le fameux tableaux de Man Ray qui devient l'affiche  de l'exposition 
La lecture des textes  demande un agrandissement  sur petit écran  désolée  mais sur 250 photos  il  n'est pas évident  d'en faire la synthèse

Et la plus belle phrase réaliste en conclusion de ce riche parcours est bien cette dernière

FAITES QUE LE REVE  DEVORE  VOTRE VIE 
AFIN QUE LA VIE NE DEVORE PAS VOTRE REVE  
St Exupéry 
En espérant ne pas vous avoir endormi 

dimanche 4 décembre 2016

UNE VISION EN EQUILIBRE

 A Marseille au Musée d'Art Contemporain  M A C 
Un jeune artiste regarde le monde  fragile  tout en équilibre  de formes et de couleurs 
THEO  MERCIER 
 Par une Vision esthétique  sans message ,  qui replace les objets sans contexte historique 
 Simplement une relation entre la réalité périssable  et l'espace du musée d'un temps passé 
" La mort est la zone de l'imagination par excellence " dit- il 
Tout  passe  et ce dialogue  entre les images - photographies de l'auteur et les agencements  ou  sculptures  se répond  avec humour  , dérision et gravité  " comme une greffe"
L'oeil se complait en harmonie et même j'en rajoute  ...pour le plaisir


Fin  par un dernier clin d'oeil

mercredi 30 novembre 2016

RECAPITULATIF NOVEMBRE 2016

Novembre ; comme un besoin de nouveautés après les 
FABLES AU JARDIN 
et les péripéties de Dame au nez pointu , les attaques agressives des oies 
LE LONG DU CHEMIN 
un grand besoin de rentrer dans ses pénates  et 
RETOUR SUR IMAGES 
au théâtre Liberté et les choix  (de Juin  pour réservation)  se bousculent 3 fois ce même mois 
DANS LA SOLITUDE 
des champs de coton  et les rencontres étranges , qui déterminent plus que des paroles 
ELLE S'EN EST ALLEE 
une amie nous laisse poursuivre le chemin qu'elle aimait tant 

Repartir alors dans 
LE CHAOS DE MEPHISTO 
musique improvisée magistralement sur le film de Murnau  
pour un répit par des choix de lectures , retrouver un pavé , ou autre et  lire  avec bonheur 
LECTURES VAGABONDES 
tout en suivant l'Histoire  par flash d'un moment d'une séquence , en conférence
LA REINE JEANNE DE NAPLES 
et terminer ce mois studieux par des rires et  des retournements de  situations burlesques 
CIEL  MON PLACARD 
que Décembre et ses paillettes factices soit aussi  bienfaisant 
Toulon est déjà paré 


dimanche 27 novembre 2016

CIEL .... MON PLACARD

Charme et insolence  spectacle complètement déjanté  , et réactions imprévisibles
"Un vaudeville éméché où les monstres aux postures exagérés du théâtre de boulevard des années 70 sentent le parfum acide des kermesses les plus miteuses" 
et interventions burlesques d'une ouverture intempestive d'un placard d'où se déverse la misère du monde par des chants et situations farfelues par une cantatrice finlandaise des plus cocasses aux mots cruels par exemple ,il y en  a VI)
Chant V  
"Qui va tenir mon bras maintenant 
Quand je couperai les légumes 
Qui va panser mon coeur tout mou 
Quand je me coifferai d'un rhume 
Je vais chanter dans son placard Pour couplet mes idées noires
Et comme refrain pour l'éternité, L'une assassin , l'autre assassinée
Maman Dada Maman Dada 
Elles sont partie dans un baiser Maman Dada Maman Dada
Toutes mes femmes m'ont abandonné"
selon l'évolution de l'intrigue et des rebondissements  
Ecrit  et joué par Nicole Genovese et 8 comparses remarquables 
Dada (Nicole Genovese) et Louis  son amant 
Louis  ( Sébastien Chassagne )se découvre papa de la petite Louison ( Angélique Zaini)qui ne joue pas aux contes de fées mais écrit des lettres d'amour à de vieux grigous
La cantarice sort du placard  Marion Gomar
Mireille la bonne ( Adrienne Winling) sert de bouc émissaire 

et finira dans le placard comme pièce de musée sous les yeux de Maurice Ravel !! revenu des ombres pour finir son boléro 
Tout fini bien après tant de retournements , je craignais fortement les bévues !!!  mais aucuns accrocs ni lassitude  Un moment de rires sans calculs devant tant d'incongruités 


vendredi 25 novembre 2016

LA REINE JEANNE DE NAPLES

 Jeudi 24 novembre à 17 h
                                           Jeanne de Naples,
                        une Reine angevine au XIVe siècle
                                     Conférence d'André UGHETTO
                                         Agrégé de Lettres et écrivain

Notre invité qui a déjà donné deux belles conférences à  la Dante de Toulon sur deux poètes majeurs de la littérature italienne, Pétrarque puis  Leopardi, va  nous raconter cette fois comment lui est venue l'idée d'écrire sur ce personnage historique, haut en couleur, qu'on appela la Reine Jeanne, une pièce de théâtre intitulée "Jeanne vendit alors Avignon à son pape".
 Dans cette comédie, chacun des quatre actes a pour titre le nom d'un des quatre maris officiels de la célèbre reine. Bien entendu, on ne prend pas en compte  ses  nombreux  amants.
La destinée particulièrement piquante de cette femme, qui devint, entre autres, Reine de Naples, sera évoquée par l'auteur qui lira, au passage, des extraits de sa pièce. Par ailleurs, cette conférence, inédite à Toulon, offrira  à André Ughetto l'occasion de se pencher sur l'époque des papes d'Avignon et d'éclairer les rapports qui unirent jadis la famille angevine à l'Italie du sud et à la Provence.
Pour revivre ces temps passés   et le parcours de la Provence dont est issue  la jeune JEANNE  descendante de Raymond Béranger  avec  le désir de reprendre le fil de l'histoire et son développement (petite erreur sur l'affich :lire   XIVème)
André UGHETTO  et sa complice et intervenante pour animer les échanges de l'histoire et jouer certaines scènes de sa pièce de théâtre 

En répétition

mardi 22 novembre 2016

LECTURES VAGABONDES

Craquent les étagères, ploient les bibliothèques   il est urgent  de ne plus acquérir de nouveauté  et justement j'ai boudé le salon du livre ce week- end à Toulon ,  sachant ne pas résister et discuter avec connaissances , en un souvenir pourtant du  charme de Bernard Werber  en son temps ,parlant des Fourmis  Maintenant  voici les Chats
"Demain les chats "
" Il ne faut pas les sous estimer Les humains ont une capacité à survivre à tout .Il s ont toujours su s'adapter aux circonstances les plus difficiles.A chaque crise sont apparus des individus suffisamment intelligents pour permettre à leur société renaître "
(un peu déçue  pas la même veine que ses autres ouvrages)
  Et puis  les  Chroniques 1954 -2003 de Françoise Sagan   en poche amélioré- cartonné -réédité par son fils Denis Westhoff  
 Inconditionnelle de Sagan  et de sa façon d'écrire  !! clin d'oeil aussi à une époque familière  petit plaisir de la lecture d'un temps de jeunesse et de vie différente ,  si près ; si loin  et cette persistance à penser à Proust aussi ( tout se  tricote !!)
"Bonjour New - York"
"  Recette : vous prenez des tonnes de béton , le fer , le feu , l'argent , l'électricité , plus quelques décades Vous acceptez la démesure
"Belle oh!mortels , comme un rêve de pierre"C'est une ville édifiée .Nulle ville n'a l'air plus faite , moins laissée au hasard " 1955

 Et ainsi de suite par petits chapitres les mots jetés , coulent si bien  , si juste avec cet humour piquant grave  qui vrille nos esprits sous des dehors futiles
Avant de re attaquer un gros pavé de 1997 le" François 1er de Jack Lang"qui coinçait la dernière étagère menaçant de tout faire basculer

vendredi 18 novembre 2016

ELLE S'EN EST ALLEE

Je crois 
à la vie à la mort à la grande amour donnée ou traversée
Je crois
 à la vraie gravité à la tendresse impitoyable  
Je crois

qu'il faut mourir pour vivre 
 au coeur de la nuit au coeur de la pluie 
mourir avant de mourir
 pour ne pluie aimer mourir 
Je crois 
qu'il faut habiter la lumière , par un long questionnement 
sans réponse
Zéno Bianu   ( Infiniment proche  2000)
Extraits  "Crédo "