jeudi 14 décembre 2017

MONDES FLOTTANTS FIN

Autre lieu  Le Musée d'Art Contemporain  ( MAC)
et parcourir l'impermanence des choses 
Gravir d'un pas léger les contours insaisissable du monde moderne 
Imaginer , et se laisser emporter  Tout est permis 
 Le compositeur américain David Tudor , captivé par la spatialisation sonore  regroupe des objets hétérogènes  dont chaque sculpture , chante ,croasse carillonne,cliquète et fait ainsi écho à la diversité de la nature  de la flore et de la faune 
d'où quelques images insolites  
 La salle suivante devient le sujet surréaliste d'accidents  et imprévus aléatoires  des hasards de la vie   et ses phénomènes intangibles Théâtre d'objets réalisés à partir  de  réseaux de colmatage des fuites d'eau et réparations improvisées 
Le spectateur est alors invité à considérer les relations entre la technologie et l'esthétisme !!! 
Il faut absolument entrer dans cet esprit pour en apprécier l'originalité  
sans oublier le fond sonore gargouillant  


il est vrai que de salle en salle les étonnements finissent par lasser   
Cette projection vidéo et un tas noirci de pages rigides    pose question  
 des centaines de personnes déchirent des livres et les jettent par les balcons 

40 artistes du monde et des centaines d'oeuvres  tournent les sens je n'ai pu tout noter  
ou encore ces petits carrés de tissus brodés à choisir pour épingler sur le mur en un grand tableau 

Chacun y ajoute sa petite touche  
Au hasard   sur la mienne  PUBLIC  ...
il y avait  Liberté   Love   Musique  Diversité  Retrait  Violence etc  en toutes les langues
Poésie engagée brésilienne d'une errance de contestation de rues où la liberté s'exprime par ces étiquettes qui renvoient et griffent   les vêtements 
Et sur 3 étages   d'autres encore  
Ouf!! j'ai abandonné avant la fin 
  le temps manque pour tout ingérer il faudrait y revenir en plusieurs fois



dimanche 10 décembre 2017

MONDES FLOTTANTS Petite Suite

Après la machine à bulles , les vagues en remous , les vibrations  intenses et les transparences mouvantes du 2ème niveau de la Sucrière  
dans le cadre de la 14 ème BIENNALE DE LYON  
Une petite suite , afin de garder une trace de ses créations
 Une fresque de Jorinde Voigt  traduit par des ondulations le chaos du monde et les flux météorologiques  comme un  sismographe 
 ou encore au dernier niveau de la Sucrière un  dispositif théâtral  étonnant de cloisons tel un labyrinthe d'après une nouvelle d'Alain Robbe Grillet  "La chambre secrète "
 Et encore  d'autres oeuvres  avant de se retrouver au Musée D'Art Contemporain  (M A C) et une promenade toute dorée dans les allées du Parc de la Tête d'Or  juste en face , en attendant l'ouverture des portes 
A suivre   Merci
Je  ne peux pas   trop fatiguer mon PC convalescent 

jeudi 7 décembre 2017

POURQUOI FAIT IL SI NOIR

Pourquoi  fait-il si noir?
Disent les flocons de silence
Qui viennent sur tes yeux
Qu'est devenue l'ardeur du grand rêve
Qu'est devenu  l'appel du grand souffle
Pourquoi fait- il si noir
Zéno Bianu  ( Le désespoir n'existe pas )2010

Essai sur un ordinateur de fortune en attendant  un jeune  frère tout fringant 
Super Lune 

samedi 2 décembre 2017

RECAPITULATIF NOVEMBRE

Un ordinateur fatigué pour un temps de remise en forme  ...et par intermittence des interruptions intempestives   Est ce la fin de mon ami trop sollicité 
Temps de brume  sous le ciel informatique
BRUME DE NOVEMBRE 
SOUVENIRS DORMANTS 
L'ART ET LA MODE 
MONDES FLOTTANTS
Sont les titres du mois 
 EN ESPERANT REVENIR

samedi 25 novembre 2017

MONDES FLOTTANTS

Cette 14ème Biennale de Lyon se déploie comme un paysage mobile et atmosphérique  en expansion , qui se recompose sans cesse A l'image de la voile blanche , les cerf volants 
Cette biennale est comme traversée par par les soulèvements , les fulgurances poétiques 
Deux parcours proposés  LA SUCRIERE et le M. A. C 
(Entrée des silos des entrepôts   )

(Dès l'entrée un voile de soie ondule dans le vent de Hans Haache)
Quelle est la place de l'homme , dans une société démarquée par la mondialisation et la dissolution des identités ?
En reprenant le titre" Monde Flottant "  de la période Edo au japon
 et le style UKYO- E  (peinture en constant renouvellement )
à l'image de HIROSHIGE   HOKUSAI (1608-1868) 
période trouble qui, par  ce viatique des  estampes continue à inventer 
Voici un état du monde 2017 pour cette biennale
 un état d'âme  sans oublier le réel pour  prendre la tangente par le rêve  
UN POEME DANS L'ESPACE 
Par tous les sens en éveil  , par les mots  les sons  les odeurs , ce qui permet de remettre en circulation les idées et notre rapport au monde  jusqu'à l'absurde 
Machine à bulles  ...de David Medella  (Philippines)  mousse  ou savon  nuage  ou ce qu'on veut pour l'imaginaire de chacun   quand on s'approche la mousse s'échappe ou s'en va en formes harmonieuses 
 Tous les lieux ne sont pas identiques   et le rapport entre l'individu et le collectif, comme pour les tampons et leurs complexités  
Entre le renouvellement et le déclin 
Lara Almarcegui( Espagne) 
met en lumière un tas de Mâchefer  provenant de la destruction du portail de la Grande Halle Girard une chaudronnerie sur l'autre rive face  à la Sucrière (le mâchefer est un résidu solide de la combustion du charbon utilisé fréquemment dans la région lyonnaise en réemploi pour des travaux d'urbanisme )Dans ce contexte une  même ville diffère d'un lieu à l'autre

Sur le mur les tampons individuels ou  en  nuées 















85 m3

Ou encore ce sous -marin enveloppé de sacs alimentaires  , suspendu ,  laissant échapper  du sel sur le sol " L'imposteur plein de vide"de Damian Ortega(Mexique)
Zones transitoires entre les espaces intérieurs et extérieurs
Mais en fait , il y a la possibilité et même le désir de s'approprier chaque objet et faire circuler ses idées personnelles par rapport au monde , à sa  culture et pourquoi pas aussi à son harmonie intérieure
c'est ainsi que mes pas sont allés au gré de mes envies
A SUIVRE 




dimanche 19 novembre 2017

EVOCATION

L'évènement s'envole ,mais reste l'essentiel , inscrit dans le corps , qui resurgit au charme furtif d'un évocation, au frisson d'une sensation,à la force étonnamment vive  et parfois incompréhensible d'une émotion...
le souvenir n'est plus , mais la mémoire sensuelle du corps parle toujours.
Nous sommes un tissu muni de capteurs qui enregistrent  des empreintes tenaces lesquelles nous servent de tuteurs pour nous diriger
Trop de souvenirs nous paralyseraient.
Françoise Héritier   Le sel de la vie (2012) 
 

mercredi 15 novembre 2017

L'ART ET LA MODE

1850-1930  
La mode entre au Musée ...de Toulon 

 Déjà en 1874  Stéphane Mallarmé en parlait dans ses rubriques en tant qu'Art.
 La presse de mode  se développe
L'art et la mode  (188O-1975)  présentait "des gravures raffinées c'était alors l'archétype de la revue  liée au luxe  "
en 1891  La mode pratique ...puis Vogue ,  Fémina  deviendront des oeuvres d'art sur papier glacé
" Longtemps réservé à la prestigieuse élite , le portrait    se démocratise au  XVIIIéme siècle   , le genre gagne en simplicité et reste accessible à la classe bourgeoise montante"
Organisée en partenariat avec la  Villa Rosemaine (Centre d'étude et de diffusion du patrimoine textile installé à Toulon depuis 2010)
Falbalas est un  évènement  culturel et une traversée du temps , placés sous le signe de l'élégance ...Un moment de grâce  Précise Hubert Falco Maire de la Ville dans sa préface au somptueux catalogue de l'exposition  ainsi que les textes  historiques très pointus de Rémy Kerténian déjà rencontré lors de plusieurs conférences 
Fastes, Extravagances, Délicatesse, Elégance  toute la mode dans  un regard sur la société  
Griffes prestigieuses et portraitistes renommés  
Les photographies interdites dans les salles d'exposition   ces deux dernières se trouvent à l'entrée et les suivantes reproduites sur le catalogue  


Robe de ville à crinoline en taffetas façonné changeant vert d'eau , noir et turquoise 1885
Reflets évidents sur les deux images à l'éclairage différent 
Les falbalas sont ces rubans rebrodés en bas de la jupe aux manches et souvent à l'encolure 
La visite est dirigée et commentaire brillamment 
par Catherine Dupont -Saint-Cyr  des Amis du Musée qui, associant les portraits aux robes tout au long du parcours ouvre des réflexions sur l'histoire , la société et la dextérité des couturiers , brodeurs et plumassiers 
 Portrait de femme  Emile Roumens en robe de bal























Somptueuse cape de grand soir à col Médicis en dentelles et broderies de perles de jais
1910  Griffée Madame Thiboust


Jules Trayer 1859 Le travail  robe de jour et châle Chantilly

Alexandre Cabanel 1871portrait de la baronne Von Derwies

Gustav Adolf  MOSSA Femme sur canapé   1908 
Robe d'après midi Manteau de jardin ou tailleur de voyage  la richesse des tissus  et des accessoires sur des formes simples est un gage d'élégance 
C'est surtout  les robes de soirées  et de bal qui sont éblouissantes 
Madeleine Vionnet  1930 mousseline de soie noire et et crêpe de soie noir brodée
et tant d'autres  encore  c'est  un enchantement   
Cette exposition est une réussite complète 


dimanche 12 novembre 2017

SOUVENIRS DORMANTS

Souvenirs en écho avec Patrick Modiano 
Phrases en résonance  
"J'aimais écouter les gens et leur poser des questions Il m'arrivait souvent de capter des bribes de phrases d'inconnus  dans les cafés, je les notais le plus discrètement possible Au moins ces paroles n'étaient pas perdues pour tout le monde Elles remplissent cinq cahiers avec des dates et points de suspensions"



Mêmes réactions  dans la rue , depuis longtemps je m'amuse à en faire une  conversation ou inventer des réponses , c'est une image de l'état du monde  
 Il en ressort souvent des plaintes , des indignations , des critiques
Il est vrai que, lors 'une promenade ou dans un lieu public les grands sujets ne sont pas abordés vraiment  Modiano a le talent par petites phrases , clin d'oeil innocent  d'arrêter la fuite du temps La moindre rencontre engendre chez lui toute une histoire , un souvenir 
C'est un peu un Maître de la fugue 
Peinture Gérard Fromanger   PhotoAA Paris Bandol Toulon

samedi 11 novembre 2017

LA MANGEUSE D'HOMME

Pour ne rien oublier en ce jour 
Nous attaquons baïonnette au canon et reprenons ce fameux sommet  
Un des multiples extraits 
Grand-Père écrit à 85ans enfin  ses souvenirs dont il rêve toutes les nuits depuis ses 19ans 
   et s'en va en nous laissant son cahier à 95 ans 

dimanche 5 novembre 2017

QUAND IL FAUT SE REFAIRE UNE SANTE

Un ordinateur aussi a besoin de  reprendre  vie
 l'Homme de l'Art est là 
La tablette si pratique ne peut le remplacer 
A Bientôt


mercredi 1 novembre 2017

BRUME DE NOVEMBRE

Je sais maintenant que je ne possède rien
pas même ce bel or qui est feuilles pourries
encore moins ces jours volant d'hier à demain
à grands coups d'ailes vers une heureuse patrie

Elle fut avec eux , l'émigrante fanée
la beauté faible, avec ses secrets décevants
vêtue de brume .On l'aura sans doute emmenée 
ailleurs , par ces forêts pluvieuses.Comme avant


Je me retrouve seuil d'un hiver irréel 
où chante le bouvreuil obstiné , seul appel
qui ne cesse pas , comme le lierre .Mais qui peut dire


quel est son sens ? je vois ma santé se réduire 
pareille à ce feu bref au devant du brouillard
qu'un vent glacial avive , efface ...il se fait tard
Philippe Jaccottet 
Poésies   L'effraie (1946-1950) 
 

dimanche 29 octobre 2017

OCTOBRE EN HESITATION (Récapitulatif)

QUAND LE SOUFFLE DEVIENT SIGNE 
 Quel signe ? le vent souffle où il veut  pourquoi pas vers 
L'ITALIE  en  CONFERENCE
ses dilemmes  politiques , son histoire , ses réformes, mais 
CA VA   CA VA 
dit le quidam rencontré chaque matin , sans plus d'attention à toi ,
 danger des mots que l'on dit machinalement 

le vent souffle vers la mer par 
UNE PROMENADE SUR LE PORT
 et découvrir sur la pelouse d'étranges sculptures créatives  , le vent souffle  encore vers 
TOULON ET SES REMPARTS 
son passé ,dont il reste peu de traces mais l'histoire est là  pourtant  prestigieuse en son temps 
IMAGES VAGABONDES 
aussi par les reflets - miroirs à déchiffrer 
LIRE  ECRIRE VOIR  
le temps est venu de retrouver la campagne les derniers feux de l'été dans le jardin  tout doré  et la visite aux anciens 
UNE VISITE 
Stanley quand le vent souffle préfère le coin du feu aux gambades sollicitées
Et la boucle est bouclée de ce vent ,souffle d'Octobre tout en hésitations 
Quant à NOVEMBRE ?
Ronde des jours   Au Gré des Jours