lundi 19 octobre 2015

RECADRAGE

Dans le flot des variations colorées entre Passé et Modernité 
 L'oeil se joue des assemblages et des contrastes
Est - ce un hasard ? 

Sous la fine poussière d'ocre dans les ateliers endormis  le même esprit recadre les camaïeux 
et pour cette image désuète où tant d'hommes et d'enfants ont souffert  brûlés  par les particules du broyage des pains d'ocre extraits des carrières de Roussillon et alentours, Une
Incursion plus détaillée du processus étonnant  depuis l'antiquité jusqu'aux années 6o 
 sera pour une autre fois ... 
Ce jours , c'est  juste cette  Harmonie 


Un billet court parfois selon le sens critique! est plus fort en impression  ressentie, qu'une longue description que chaque livre ou clic !! d'Internet  exploitent avec" bonheur!!"C'est une vision personnelle  que mes amis fidèles et porteurs de belles lettres sur leurs pages , comprennent


c'est le propre d'un blog ! ou d'un article sur tel ou tel sujet  , la lecture d'un
 entretien remarquable avec Anne Tronche ( Journal des Arts) me conforte 
AA 

10 commentaires:

  1. ce serait se repaître de ces splendeurs en plein accord

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et découvrir chaque fois un émoi différent

      Supprimer
  2. Les jours, en harmonie
    des sons et des couleurs
    la journée embellie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce que le soleil et ses reflet d'automnes chantait plus encore peut-être que l'oiseau ce matin là
      Je suis sûre que la pluie aurait donné un aspect tout aussi étonnant comme une plongée dans les abysses puisque dit -on ce lieu était sous les eaux

      Supprimer
  3. Ah les ocres de Roussillon, j'ai eu le plaisir de faire la visite. J'en ai ramené mais ils attendent sagement dans leurs flacons d'être utilisés :-)
    Coup de coeur tout particulier pour ta troisième photo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plaisir de les voir est déjà un enchantement j'en garde aussi n'osant les utiliser
      Ces ateliers que l'on visite sont émouvants de par le travail douloureux pour obtenir si belle consistance et dans la demi - pénombre les reliefs prennent des aspects curieux comme une exposition de créateur contemporain je pense à Kounellis et ses manteaux pendus comme des défroques

      Supprimer
  4. C'est la saison ocre, celle où les souvenirs prennent une teinte de rouille, la plus belle aussi...
    Merci de vos partages !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et la progression s'intensifie jusqu'au brun foncé comme la luminosité des jours avec un je ne sais quoi de fin somptueuse
      Merci pour votre visite

      Supprimer
  5. Tel un animal sauvage,
    l'ocre semble surgir de la forêt.
    Magnifique image.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les rochers de ces carrières ont des formes étranges qui laissent l'imagination vagabonder , et ouvrent même les plus folles et durables légendes tel le sang de la noble Dame qui s'est jetée de la falaise et son sang aurait teinté le sable de Roussillon , son époux jaloux du gentil Troubadour l'aurait tué et fait rôtir son coeur pour un repas destiné à sa Belle !! ...

      Supprimer