samedi 20 septembre 2014

PARTIR

Quand sur le bateau le pied est moins sûr 
Quand , alors surgit l'impression de flotter comme un bouchon 
et ne rien pouvoir faire  
 Voir s'éloigner le rivage ...
Méditation marine en lisant le poète...
Tout départ est un rêve pour la soif
On sort plein de fièvre d'un grimoire déchiré
Qui a compté mille et une prouesse aux buissons d'Estramadure 
Et jeté de vieille lunes dans le puits de l'Histoire
Qu'importe les mirages , les miroirs les mystères
Il y a plus de coeur et de faste 
A s'en aller éperdument combattre nos peurs nos fatigues nos misères 
Qu'à bâtir des temples et tombeaux 
Nous n'avons pas de protections particulières
Ni casque ni cuirasse ni boucliers  ni jugulaire 
Pas d'amulettes pas d'oripeaux, pas même un dieu de raccroc
Rien qu'un peu de ce vent d'Est qui souffle encore contre nos lèvres 
Les îles de terre ferme se trouvent sous nos pas 
Aussi réelles que l'éveil de nos utopies actives 
Aussi  magnétiques que l'inconnu qui jamais ne ségare 
Et sait de source foudroyée que toute la place est pour la beauté 
La chance à nos yeux n'a pas perdu la partie 
Nous sommes renaissants indomptés prêts à en découdre 
Loin de Lacédémone d' Hissalick ou  d' Ithaque 
Ne suivant que ce qui s'improvise plus avant 
Définitivement plus avant 
jusqu'au bout de la route "
André Velter 
Poète voyageur   ( Jusqu'au bout de la route  - Viatique du chevalier errant )
Photos AA( sauf la 5 capture d'écran )

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. Illusion d'optique... miroir sorcière aux pouvoirs magiques

      Supprimer
  2. Partir en bateau (pas en HLM flottant) est toujours une aventure
    Car la mer n'a jamais été maîtrisée
    Le sera -t'elle un jour ?
    L'estivant la snobe, la domine
    Le marin la respecte

    Arlette a du entrer dans l'appareil photo pour faire de si jolies images

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le sujet y est entré tout seul avec le ciel complice
      Merci Bernard Grand -Marin émérite

      Supprimer