mardi 11 mars 2014

INTERLUDE

La  répétition comme moyen d'expression
abstraite de l'homme
du mouvement 
ou de l'absence

Jeune fille s'évadant de Joan Miro   (1968  Bronze peint  Fondation Maeght)
Prélude à une autre forme d'absence,
  ce Samedi
A suivre  ...Si  la jeune fille n'est pas vraiment partie!!!!

7 commentaires:

  1. Réponses
    1. Pourtant en plein désir d'évasion
      Selon son emplacement ( des changements ont eu lieu chez Maeght ) et là ,bien mise en évidence juste à l'entrée

      Supprimer
  2. Chère Arlette, je vous souhaite beaucoup de belles rencontres avec ce groupe "au fil des poètes".
    Ce matin je lisais cette pensée que je partage avec vous " Passer sa vie à -parler -, à ne rien faire que l’humanité de l’homme, à inventer l’humanité — est le travail des poètes" Jérôme Thélot

    J'aime bien votre interlude, on peut s'y poser en présence absence ( sourires)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh!! c'est beau je vais m'en servir Merci Brigitte
      Petit jeu en attendant un billet plus long

      Supprimer
  3. Surréaliste en diable, cette adolescente fugueuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont des marques- pages que je réalise à partir d'une photo pour les offrir à mes amis et en les posant sur mon bureau je pensais alors avec un clin d'oeil au "Nu descendant un escalier "de Duchamp
      Tu as saisi le surréalisme de cette image

      Supprimer
    2. Pour ma part, c'est la roue du robinet coiffant la jeune femme qui m'a évoqué le surréalisme de la célèbre machine à coudre d'André Breton !
      J'avoue ne pas avoir fait la relation avec l'escalier de Duchamp. Mais maintenant que tu me l'as suggérée, je la vois bien :-)
      Belle et généreuse idée, tes marque-pages, Arlette

      Supprimer