jeudi 12 décembre 2013

EQUILIBRE EPHEMERE

"Construire des palais ressemblant à des tentes  
, présentant à l'intérieur la lumière brouillée des sous- bois 
et, durant moins qu'une futaie 
L'absence de poids , ailleurs suspecte , chez eux est recherchée
(Henri Michaux  évoque dans un petit livre "Jeux d'encre"
 la peinture chinoise)
En peinture plus encore : sur des toiles de soie
 et sur des papiers translucides qu'à
peine  ils effleurent de gris ou de noir 
à la volée  , la nature nullement transportée d'autorité vassalisée , est plutôt par un air de famille et de négligence invitée à se retrouver 
Et par charme , elle y vient
(détail d'une encre de Gyokudô selon une technique d'un maître chinois Ni Tsan XIVème)

Et cet équilibre précaire  mais qui" tient"  comme un souffle de vie  d'espérance de l'improbable

Comme "Bang"  de Ai Weiwei  sculpteur chinois, Tabourets en équilibre
Vague de bois feuilleté de planches appelée " Déferlante"  de Johann Le Guillerm

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. Oh!! Merci infiniment , merveilles en équilibre comme le temps qui va... au gré des jours

      Supprimer
  2. On retient son souffle devant cet instable apparent, tout est dans l'équilibre, en musique en poésie comme en peinture, en sculpture et dans bien d'autres domaines encore... On parle alors d'harmonie qui ne tient qu'à ce "je ne sais quoi , ce presque rien" comme aimait le dire Jankélévitch et particulièrement pour lui en musique,...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Harmonie est bien le mot dans cet apparent chaos Merci Monique

      Supprimer