dimanche 3 mars 2013

LE GENIAL ET DIVIN .....DALI

Comme des fourmis en procession organisée , la file attirée par le miel que distille  le "Génial et Divin " DALI  
tel qu'il se nomme lui - même
 Et en regard les fourmis préfigurant dans son rêve" une main pleine de fourmis
"Malgré le froid cinglant

 et tout de suite dans l'ambiance d'une voix familière
 et son goût du chocolat
l'ambiance est déjà posée
 En  sept points d'animations Sculptures  écrans
Dali Omniprésent  parle, parle ,éructe
en détachant les syllabes
 Trente ans après la grande rétrospective du jeune centre Pompidou
( rare d'être honoré de son vivant !! ne m'en souvenais plus )
Dans on univers onirique Dali se met en scène
 tout en soutenant que l'Art est à la portée de tous
 dès 1930  précurseur du rapport à l'espace et de la matière au réel
 anticipant le nouveau réalisme et le Pop Art  américain !!!
On retrouve dans ses première oeuvres l'influence
 de Braque Picasso Ingres Arp
 et ses fantasmes suggérés mais résiste aux surréalistes
 revenant sans cesse à ses traumatismes personnels
Père dominateur , Mère castratrice ,et frère mort à sa naissance
Avec de tels handicaps il expulse par son imagination débordante
etc ... et tant d'autres inventions inattendues 
Quelques heures qui laissent les préjugés de côté
 Ce Dali là  est vraiment délirant et génial
PhotosAA( en catimini ) mais en place accordée sur les lèvres de MaeWest
Peinture du père 1925  très représentatif de son caractère

18 commentaires:

  1. il commence à être temps de le redécouvrir (et de faire le tri, ne gardant pas forcément ce qui a fait parler)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai !! moi- même étais réticente trop influencée par ses débordements !!! l'âge étant ...la réflexion est plus sûre ( il serait temps )

      Supprimer
  2. Brigitte et Arlette je suis d'accord mais vous avez vu la queue à l'entrée, dommage Dali m'a toujours intrigué et puis Paris c'est loin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et encore Bernard cette file était 2 fois plus longue avant le coup de froid
      mais avec un billet retenu par internet cela a permis d'être prioritaire Vous avez encore le temps jusqu'au 25 mars , vous qui allez souvent à Paris

      Supprimer
  3. J'aime son travail.
    l'homme c'est une autre histoire
    à lire : "Journal d'un génie" :
    Pour Dali, son génie ne faisait pas de doute. S'il le répétait et s'en enorgueillait c'était pour convaincre ses contemporains et non lui. Dans son "Journal d’un génie", Dali se contemple,et va au-delà de son image,et retrouve les ambitions métaphysiques de la peinture. C'était un puriste, un perfectionniste, un obsessionnel pathologique qui poussait la conscience de son art jusqu’à la minutie délirante. Il n'était pas seulement fou du chocolat Lanvin, mais fou de métaphysique et de "purisme".
    Il était un inventeur, un génie, c'est à dire un être insupportable et détestable, mégalomaniaque. Mais son oeuvre d'une richesse magistrale reste et restera un pur bonheur et d'un grand mystère ...
    Oui, j'aime son oeuvre... et je l'aime tout particulièrement à Figueras

    bonne soirée Arlette

    RépondreSupprimer
  4. Effectivement,ses recherches et son inventivité sont fascinantes il avait des longueurs d'avances , c'est ce que je précise dans le suivi de l'exposition qui met l'accent sur l'homme particulièrement ce qui est normal dans une rétrospective de cette ampleur
    , Mais son parcours et son travail sont intrinsèquement liés à son vécu et c'est là que tout être se révèle plus ou moins selon son intelligence
    Enfin, c'est mon point de vue , et c'est le propre de bien des artistes de génie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. de Vinci en fut un autre à avoir des longueurs d'avance
      n'est-ce pas ?

      Supprimer
    2. Et j'avais noté qu'il disait
      "Je suis comme Léonardo, je veux tout savoir et mettre les choses en relation , avec ma préoccupation constante "
      Merci Maria de donner un autre éclairage sur ce "Génial" Dali aux possibilités à facettes

      Supprimer
  5. Je me souviens d'avoir visité une expo Dali à Toulouse... (il y a 20 ou 25 ans peut-être, et j'avais adoré !)

    Je suis sûre que Dali ne laisse personne indifférent, en bien ou en mal...
    Personnellement, je suis du côté du "bien" car la face délirante de son oeuvre m'entraîne facilement dans les dédales de son imagination débordante... et de ça, je suis fan !

    Biseeeeeeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça Christineeee chacun apporte devant ses oeuvres ce qu'il ressent entre le réel et l'imaginaire exalté

      Supprimer
  6. dali chez lui fou et génial
    s'il le dit
    et moi naïve je le crois
    j'aime délirantement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Délirantement" j'aime !!!!!
      Merci Jeanne

      Supprimer
  7. Chère Arlette, parisienne je n'y suis tjrs pas allée! Vous me le rappelez avec votre message. J'aime Dali surtout depuis que j'ai grandi...
    au delà de "l'extravagance", j'aime maintenant découvrir sa profondeur,
    très belle soirée Arlette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il reste encore quelques semaines (25 mars) et peut-être une rallonge
      C'est une belle exposition bien faite ,assez vaste pour ne pas se gêner
      j'ai le même sentiment d'avoir avec le temps , un peu plus pénétré son oeuvre ou tout au moins ce qui est présenté
      Merci Brigitte pour votre attention

      Supprimer
  8. Dali ne peut laisser indifférent, imaginaire débordant, visionnaire, déroutant, dérangeant, surprenant, extravaguant, perfectionniste...
    l'homme une autre histoire...
    Figueras, Cadaques, souvenirs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr !!! et tout cela en un seul homme qui ne laisse pas indifférent
      Merci de ce partage

      Supprimer
  9. C'est vrai qui fut un génie. Mais également un génie du business. Il a signé des milliers de papiers blancs, vendus très chers, où les imprimeurs par la suite mettaient à peu près tout et n'importe quoi. Ce qui fait qu'aujourd'hui une litho signée Dali ne vaut presque rien, la plupart étant fausses...

    RépondreSupprimer