samedi 15 décembre 2012

COMME LE TEMPS...

Humeur changeante et fantasque  
Comme la pluie glacée d'hier  et le doux soleil d'aujourd'hui 
Tout à fait logique , car
SEULS
  CEUX QUI SONT TRES  SAVANTS  ET CEUX QUI SONT IGNORANTS  
NE CHANGENT PAS D'AVIS
CONFUCIUS
Mangeoire à oiseaux 
 Peinture Kwong kuen Shan

12 commentaires:

  1. moi suis très primaire, et sais que humeur suit le temps, avec comme seul petit correctif parfois grognements carcasse - au pont d'avoir cafard si suis dans lieu clos, sans fenêtre, pendant que le ciel pleure sans que je le sache

    RépondreSupprimer
  2. Tel la lune changeante
    ton cœur tour à tour
    sourit et se lamente

    Le chat dans la mangeoire
    c'est de l'humour noir !

    J'ai toujours entendu dire qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent jamais d'avis. Pour moi, il existe des opiniâtres savants ET imbéciles. Ce sont tous les chefs de file des religions intégristes, les néocréationnistes entre autres.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui! oui ! Tilia peut-être pas si savants et intelligents que ça
      Mais le chat dans la mangeoire peut aussi se prendre pour un oiseau !!!
      sorti d'un adorable petit livre "Chat zen "et l'artiste chinoise Kwong Kuen Shan associe ses aquarelles à des proverbes chinois des plus jubilatoires

      Supprimer
    2. Dans ma bibliothèque, il ya Histoires de chats zen par Christian Gaudin, mais je ne connaissais pas Le Chat Zen de Kwong Kuen Shan. Merci pour l'info :)

      Supprimer
    3. Merci Tilia pour ces "Histoires de chats-zen " je note

      Supprimer
  3. L'excellence ! Confucius, la mangeoire à oiseaux, l'estampe, le temps qu'il a fait... Du bonheur à mettre en cage (et au chaud).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie !! de ton appréciation et de tout l'humour qui s'en dégage
      Cela fait du bien d'être un peu fou en ces temps de controverses

      Supprimer
  4. "Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis", petite phrase souvent entendue et pour laquelle je suis complètement d'accord, il y a un monde entre celui qui n'a pas d'avis et qui reprend l'avis de celui qui parle le dernier même si cela va à l'encontre de ce qu'il pensait et cela n'a rien à voir avec quelqu'un qui après réflexion et approfondissements remet en question son avis premier et qui donc évolue dans sa façon de pensée jusqu'à (pourquoi pas) finir par penser autrement. Le premier n'est guère intéressant le second beaucoup plus crédible, l'idée est bien connue.
    Cette image sorti de ce petit livre Chat Zen me fait penser à ce petit poème de Rilke le chat noir dans Nouveaux poèmes :

    Un fantôme est encore un lieu
    où tes yeux vont donner contre une résonnnce
    mais dette noire fourrure
    défait ton regard le plus acéré :

    tel un forcené au comble de sa rage,
    trépigne dans le noir,
    dont le vacarme finit par s'évanouir
    et cesse peu à peu
    dans le capiton sourd de sa cellule.

    Ces regards qui jamais le touchèrent
    il semble tous les contenir
    pour -à la fois menaçant, irrité,
    en tressaillir et, ainsi s'endormir.
    Mais soudain, éveillé, il tourne vers toi
    son visage droit vers le tien
    et tu retrouves à l'improviste
    dans l'ambre jaune de son regard
    -rondes pierres de ses yeux -
    le tien emprisonné,
    comme un insecte mort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monique Ne connaissais que les quatre dernières strophes de ce poème copiées un jour sur mon carnet favori
      Merci de le transcrire en entier
      Très beau et hermétique comme souvent l'écriture de Rilke

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Merci Fred pour ta visite et ton attention

      Supprimer