jeudi 1 novembre 2012

ERMITE AU FOND DES BOIS

Dans ce monde dont nous sommes tour à tour les taches et le pinceau 
Je veux m'enraciner devenir 
de la terre après avoir été du vent 
...Je courais après le temps 
Je croyais qu'il se cachait au fond des horizons
... l' homme libre possède le temps 
Ermite au fond des bois ...
L'or des branches 
le bleu du lac 
le blanc des fractures de glace 
Palette d'Hokusai
Alors... 
Ne désirer pas plus que ce que l'on éprouve

Quelques phrases de Sylvain Tesson (Dans les forêts de Sibérie )
Transition du rat des ville et du rat des champs !!! 
et pour AA plutôt "souris "à la campagne

15 commentaires:

  1. Homme libre, toujours tu chériras la mer !

    Homme libre, toujours tu chériras la mer!
    La mer est ton miroir; tu contemples ton âme
    Dans le déroulement infini de sa lame,
    Et ton esprit n'est pas un gouffre moins amer.

    Ch. Baudelaire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Océans ou montagnes en ermite sont des lieux que l'esprit parfois désire très fort un apaisement de liberté

      Supprimer
  2. belle façon de se mettre dans la campagne - encore une lecture à découvrir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et coordonner le tout!!
      Pas évident pourtant

      Supprimer
  3. Ermite au fond des bois... je pense à Walden.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Tilia Je ne connaissais pas Walden !! Merci pour cet échange fructueux

      Supprimer
  4. Bonjour ,

    Un retour Arlette avec le plus grand plaisir!

    RépondreSupprimer
  5. En ermite, j'aimerai trouver la voie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Ami en épisode!!! ravie de te retrouver ici
      La campagne est propice à la méditation une pause en partage et si le paysage n'est pas aussi abrupt la solitude pluvieuse est grande maîtresse

      Supprimer
  6. " Ne désirer pas plus que ce que l'on éprouve "
    Une grande leçon .
    Une leçon que j'essaie d'apprendre depuis très longtemps ...sans y parvenir ...
    Les illustrations sont merveilleuses .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci infiniment Jean pour ton retour et ton regard

      Supprimer
  7. devenir terre et vent... c'est beau, de bien belles couleurs aussi dans vos images !

    RépondreSupprimer
  8. Bonsoir Colette votre visite me réchauffe le coeur en ces jours tristounets de campagne et de pluie

    RépondreSupprimer
  9. bonjour Arlette
    le temps qui va
    me revient ici
    je vous retrouve
    et jean aussi
    "à la recherche de l'absolu"
    toujours

    merci pour ce havre
    brigitte

    RépondreSupprimer
  10. Ah!! cet absolu !! croyant l'atteindre il s'échappe encore
    Ravie que vous appréciez aussi Jean qui nous manquait
    Belle journée à vous Brigitte

    RépondreSupprimer