lundi 30 mai 2011

SUITE ..D'UN AILLEURS



Klavdij Sluban investit les espaces ou rudesse et poésie se côtoient
Une émotion intense et physique étreint le coeur en fin de parcours ,quand on veut parler de ces photographies
Magie froide et envoûtante des noirs et des blancs
Ce noir à propos du quel Odilon Redon pouvait dire
"Il faut respecter le noir rien ne le prostitue"
une formule qui pourrait parfaitement s'appliquer à Klavdij Sluban

Notes prises lors de la présentation et du catalogue édité , textes de Sluban et Gilles Altiéri Hôtel des Arts de Toulon

samedi 28 mai 2011

L'EXPERIENCE DES CONFINS............



Tel est le titre de l'exposition de Klavdij Sulban .....
L'oeil s'évade distrait devant ces photographies parfaitement encadrées de format agréable
travail remarquablement soigné
,
mais au de-là .....
tout un monde évanescent laisse l'homme au coeur de sa solitude!!
entre apparition et disparition les images semblent échapper au temps
Sluban explore simplement le monde , né à Paris il passe son enfance en Slovanie , revient en France , poursuit ses études ,maitrise de littérature Anglo -Américaine
il voyage léger avec son leica et un unique objectif 28 mil pour capter les ambiances nimbées de silence
Chine ,Mongolie ,Amérique latine et ne conserve de chaque périple que quelques photos
L'artiste investit les espaces où rudesse et poésie se côtoient

mardi 24 mai 2011

FRAGMENTS DE VIE ..................


Regards ..
Lignes et contrastes puissants au croisement précis de l'instant fugitif
Blanc le chat en cavale
Noir le chat repus
Regards ....La beauté est une rencontre
nous passons sans voir sur le chemin .
L' oeil effleure les choses et les gens ,s'attarde , un bref instant sans se retourner ...Nous passons
A suivre le belles photographies en noir et blanc de Klavdij Sluban (Hôtel des Arts de Toulon)

dimanche 22 mai 2011

LA PROFONDEUR DES JOURS


La vie des hommes sur terre, comparée au vastes espaces du temps , dont nous ne savons rien, me paraît ressembler au vol du passereau entrant par une embrasure de la grande salle ....
Et l'oiseau traverse rapidement la grande salle et sort du côté opposé.
Ainsi de l'éphémère vie des hommes dont nous ne savons rien , ni ce qui la précède , ni ce qui la suivra
Marguerite Yourcenar (Le temps ce grand sculpteur )

jeudi 19 mai 2011

FIGURES DE PROUE


Pour conjurer les forces obscures des océans , ignorer les chants des sirènes , les marins autrefois ornaient l'étrave des navires d'une déesse pour les protéger
C'était Héra qui dans la mythologie Grecque
était Grande Reine de l'Olympe et du Ciel
Puis au XVIII ème siècle sous l'impulsion de Colbert la Marine Royale se transforme en allégorie flottante du Roi Soleil
des décors prestigieux signés par LeBrun Girardon Puget que l'on retrouve encore intact dans certains musées
Mais petit à petit les bâtiments s'affublent de figures complètement folles
La magie s'envole et les bâteaux sont désormais dépourvus de statues protectrices

dimanche 15 mai 2011

EVASION ......ENFERMEMENT......


Les fils entourent et retiennent en un tissage complexe les objets ,sentiment visuel d'étouffement
Le regard se perd
CHIHARU SHIOTA jeune artiste japonaise(née en 1972)
expose et crée des installations , décors de théatre étrange, qui exprime un enfermement , une angoisse comme si le spectateur se sentait pris au piège
De longues robes blanches qu'entoure un réseau de fils , telle une toile d'araignée emprisonnant un papillon
"Après le rêve"titre de cette démonstration (à La Bastille ces jours derniers)

C'est en regardant les filins des mats des grands voiliers que le parallèle s'est imposé à mon regard

vendredi 13 mai 2011

DESIR D'EVASION




Un texte de Guy Goffette dans "Les derniers planteurs de fumée "Texte à rêver d'évasion en soi- même

"Il y a des terres lointaines où l'on aborde jamais sauf en rêve ? lorsque le soir tombe infiniment et que le ciel est d'un rouge d'opéra .On est assis sur le seuil accoudé à sa fenêtre et l'on regarde au fond de soi paisiblement s'écrouler ces grands châteaux , qu'une journée qui s'en va avait patiemment , laborieusement échafaudés"

Souvenir d'un soir de juillet sur le port de Toulon ....

lundi 9 mai 2011

ECOUTE LES IMAGES


"Ne te complais pas dans la perception des contrastes absolus
Ceci est également Cela et Cela est également Ceci
L'essence du chemin se trouve là où les contradictions cessent
"
Extrait Mer d'encre de Richard Weihe
En captant quelques images au hasard d'une balade sur le port de Bandol suis étonnée de l'attirance de série de ce que cela évoque inconsciemment ..........
Image prise à l'endroit et surgissant à l'envers
ceci étant cela ......

vendredi 6 mai 2011

LE MYSTERE DES FEMMES AUX COUS DE CYGNES


"Non ce que l'on voit mais l'effet produit"
écrivait Mallarmé de ce mouvement de sept jeunes hommes admirateurs de la nature et des Primitifs Italiens vers 1840
en réaction à l'académisme de l'ère Victorienne
Ils se nomment les Préraphaélites d'un symbolisme chaleureux ils exaltent la beauté ,la rousseur des feuillages l'éclat du soleil
Gabriel Dante Rossetti fait poser une jeune fille étrange au regard perdu , lèvres boudeuses , au cou démesuré et la peau d'une blancheur laiteuse que l'on retrouve aussi chez ses amis , images obsessionnelles d'esprits juvéniles tourmentés par des rêves et des fantasmes d'un romantisme tardif
.Ce mouvement demeure un phénomène isolé et charmant en Angleterre (1840 1855)
Une ballade d'amour et de mort

ill Béata Béatrice aquarelle et gouache Rossetti

mardi 3 mai 2011

FEMMES


Rousseur de la chevelure immense déployée sur le pavois du souvenir
Femme , le parc
Femme , les feuilles
Femme la terre , l'odeur douce amère après la pluie
Femme mémoire
Tous ces fruits du regard à cueillir sans manger
Philippe Delerm (Automn)
ill Dante Gabriel Rossetti

En prélude entre Préraphaélites et Symbolisme