mercredi 30 décembre 2009

lundi 28 décembre 2009

BON VENT L'AN NEUF


Clin d'oeil à Brigetoun

"Les bâteux ne dansent pas ......

Mais dans le calme d'un port les pointus , dans l'aigreur de l'aurore , endormis le cul contre l a jetée esquissent un déhanchement , une amorce de tango pour accompagner celui qui glisse et traverse la scène au son du teuf -teuf

Oui et en solennelle lenteur , les voiliers s'évitent , s'inclinent avec grâce autour des bouées de départ , comme des couples pour un quadrille ...."


(Port de Toulon Eugène Dauphin)

mercredi 23 décembre 2009

lundi 21 décembre 2009

FOUGERES

Ajouter une image
Le secret des fougères

Son bouquet de ténèbres s'exhale et monte

Avant qu'elles boivent comme si

Elles n'étaient pas d'eau

Paul Celan

Anselm kiefer (Chaque texte ou poème s'inscrit à l'entrée " des maisons")

Monumenta 2007

Ce travail fait suite au chaos et il est curieux de faire un rapprochement avec l'art aborigène d'Australie qui est uneémanation des esprits mythiques issus du monde imaginaire du passé comme du présent ( ceci est une réflexion personnelle)

vendredi 18 décembre 2009

CHAOS


Signaux du soir avec leur douceur menaçante

Signaux du ciel un peu perdus

Comme des fleurs dans un champ d'ombre

Léon Paul Fargues


Anselm Kiefer ( Monumenta Paris 2007)

Réflexion devant ce chaos :Présence forte , épreuve violante ,impossible de se dérober tous les sens sollicités, engagés alors de sortir de son confort et qui oblige à réagir (AA)

lundi 14 décembre 2009

FEMMES DECHIREES




Telles des sentinelles devant l'immensité, les sculptures déchirées de Germaine Richier à Antibes château Grimaldi sur les terrasses


Bronzes martelés de feuilles intégrées de cailloux et de sable


Pousières incrustées , poussières de vie en des attitudes hiératiques


Blessures du temps qui passe .... loin des idéales beautés recomposées


Vierge folle (1946) - La feuille (1948) Le grain (1955)


Ou le griffu d'Arles


Sur les remparts l'esprit du Prince foudroyé plane encore

jeudi 10 décembre 2009

NOIR ET BLANC - TENTATION




Douces mains aux ongles dessinés ( par Picasso captées par Man Ray)


Griffes acérées du chat noir au collier d'or


Dans chaque chose se cache la plénitude qu'elle porte




Clin d'oeil à Colette


" Le chat Prince de lune


Tombe heureux en sommeil


Comme je tombe en poésie "


(Le grain et l'ivraie)

lundi 7 décembre 2009

ILLUSION OU LE GENIE DU LIEU




Dès l'entrée une âcre odeur de fumée rode dans cet univers noir et silencieux .Sur trois niveaux , les salles vidées de tous meubles , sont uniformément noires de suie , seules des traces d'étagères et objets qui n'existent plus que par leurs ombres lumineuses .Bien que vide l'espace semble totalement habité par la force de l'absence


Le feu consume pour mieux faire renaître .......Tout en haut au dernier étage un blanc pur si lumineux que l'on ferme les yeux


Voilà c'était en 1999 Claudio Parmiggiani investit ce petit hôtel particulier siège du Conseil Général par enfumage intensif (avant transformation , qui est aujourd'hui L'hôtel des Arts - musée contemporain de Toulon )


Voir le document complet réalisé à ce moment là , un choc émotionnel et la découverte de cet artiste sur le thème qui le hante ,de la disparition de l'oubli , de la mémoire du temps de l'illusion ........


vendredi 4 décembre 2009

UNE PORTE A FRANCHIR


Le livre est un décor

Le livre une façade

Une clef à saisir

Un univers se dévoile

Une histoire se prépare

Pousse la porte des illusions

mardi 1 décembre 2009

CLEFS ET SERRURES


"Aucune serrure ne trouve sa clef .....si la serrure est une idée de fermeture, la clef est ouverture

Mais qui possède une clef sans serrure doit courir les continents , l'essayant sur tout ce qui ressemble à une serrure.

J'aime et suis aimé dit le poète .ce serait le bonheur s'il s'agissait de la même personne"

(extrait de Clefs et des serrures de Michel Tournier)

samedi 28 novembre 2009

GOUTER L'ECRITURE




Après la grande moisson des livres de l'automne


Revenir aux discrets aux favoris intimes


"Voir dire ou laisser des traces? qui partagera notre insu?


Source de la lumière et sillons d'étoiles"


François Cheng

jeudi 26 novembre 2009

VAL D'ENFER (2)


Les dieux en ont décidé autrement ....Dans un fracas assourdissant les pierres roulent ...Au centre du paysage "Dantesque"le chaos s'ouvre sur une caverne profonde, cuivres et trompettes retentissent

Des images tourbillonnent (plus de 100 sources ) en haut , à terre , à gauche à droite les yeux se perdent à suivre leur sarabande .mais ...c'est La femme qui pleure !! l'Arlequin!! Maya , Fernande !les demoiselles d'Avignon ,du rose , du bleu tout se transforme et se mélange Le Minotaure surgit, Guernica nous terrasse dans cet univers minéral ......

Etourdie je cherche un coin de ciel bleu en trébuchant vers la sortie .des petits enfants en classe verte poussent des cris!!!

.....Ce fut une promenade par une douce journée d'automne finissant

mercredi 25 novembre 2009

VAL D'ENFER




"Un pied sur le sol ferme, un autre dans le songe


Je boite vers l'appel du Val d'Enfer des Baux



Et j'orne par les trous de sa funeste éponge



Une nuit attentive aux choix de mes tombeaux"



(Jean Cocteau 1959 tournage en ce lieu du testament d'Orphée)

(Les Baux Yves Brayer)

Dante autait été inspiré par ce décor Hallucinant
(à suivre)

dimanche 22 novembre 2009

CHABAUD le Fauve Solitaire


"J'ai consacré ma vie à barbouiller de la peinture sur la toile" dit un jour de 1914 Auguste Chabaud à un critique d'art

L'éternel ombrageux retient la lumière des Alpilles ,aux arêtes vives en des formes abrutes cernées de noir

Il sculpte les visages et les corps et reproduit la vie à travers son étrange passion de la peinture

De retour à Graveson berceau de sa famille ,il transpose ses visions lointaines aussi tourmentées que son esprit

Auguste Chabaud , devance la peinture contemporaine

(Deux vieilles Provençales 1909)

mercredi 18 novembre 2009

ELLE ET MULTIPLES




Femmes diverses aux jeux des formes et des désirs


Corps magnifiés - imaginés - neutralisés


Femmes - carton


Femmes -pierre


Femmes -chair




-Statuette de Bactriane(IIIavt JC°


-Danseuse Han Chine(Ie )

lundi 16 novembre 2009

AGENCEMENT DU HASARD




J'ai été un automne décisif


De figues et de rousseurs éclatées


Dans l'or morose des scarabées


Enamourés


Débris de lumière


Annie Lebrun ( Ombre pour ombre)


René Lalique (Femme libellule )


Enigme (Vogue 1932 G Hoyningen)

vendredi 13 novembre 2009

MODELE DANS LA BROUETTE




Alanguie en robe lamée


Installée dans une brouette ( Man Ray)


On trouve belles d'or et rebondies


Cucurbitacées en attente de délices (AA)

dimanche 8 novembre 2009

SOLEIL D'OR


Avant que la bourrasque emporte les feuilles d'or de la maison des champs

dernier regard ensoleillé

mercredi 28 octobre 2009

VOICI VENIR LE TEMPS......


Voici venir le temps ....

des périples -souvenirs

Vers les rousseurs du soir

Sur les frontons des jours

A bientôt

AA

lundi 26 octobre 2009

REGARDS


Pour rester au pays de l'Autre



"Qu'est -ce que le regard

Un dard plus aigu que la langue

Du plus profond au plus lointain

Du plus sombre au plus pur

un rapace"

Philippe Jaccottet

(Poésie 1946-1967)
AA

samedi 24 octobre 2009

LE PAYS DE L'AUTRE


Comprendre est un voyage au pays d'un autre

Quoiqu'il fasse , il est

Quoiqu'il dise il n'est pas ....



Fazil Hüsnu Daglarca



"La pensée" par Auguste Rodin

Portrait de Camille Claudel

(musée d'Orsay)

mercredi 21 octobre 2009

RENCONTRE


La beauté est une rencontre

Nous passons sans voir , sur le chemin

L'oeil effleure les choses et les gens

S'attarde un bref instant

Et poursuit sans se retourner

(selon François Cheng le vide médian)

lundi 19 octobre 2009

L'ESPACE INFINI DE LA COULEUR( Tiffany fin )


Le verre ouvre l'espace infini de la couleur ; bien plus que le peintre ne peut le faire avec ses pigments

Verre pressé ,drapé, plaqué , dépoli à l'acide , plissé aussi pour donner au modèle du relief de plus en plus complexe

Voir ainsi ces petits chefs - d'oeuvre de lumière autrement qu'en gravure est un pur plaisir .certains vitraux comportent jusqu'à un millier de pièces

L'innovation technique de Louis Comfort Tiffany est d'utiliser les accidents du verre et ses défauts , d'accumuler de petits éclats cassés ou de superposer cinq à six morceaux de verre pour rendre des effets complètement improbables à chaque fois

jeudi 15 octobre 2009

CHEZ TIFFANY ( 3)

Et revient en mémoire la sublime Audrey Hepburn rêvant au petit matin devant la vitrine de Tiffany dans " Diamant sur canapé"

Derrière ce nom prestigieux se cache une histoire de famille .Dès 1837 le père de Louis Comfort Tiffany ouvre une boutique d'objets puis de joaillerie sur la 5eme Avenue à New -York . Louis s'éloignant des pierres précieuses préfère le chatoiement du verre et en fera des objets de lumière en souvenir des vitraux de la cathédrale de Chartres . ..

Cette perfection en perpétuelle recherche laisse à la matière ses aspérités ses imperfections , ses accidents sur un chemin de hasard .....

(à suivre)

mercredi 14 octobre 2009

UN TOUR CHEZ TIFFANY


L'univers feutré des salons du Sénat au Musée du Luxembourg offre un silence bavard d'éclats colorés


"Voir sans se mettre à penser

Voir aveuglément sans intention " (Proust)


et se laisser bercer de tant de beauté

dimanche 11 octobre 2009

FLANER




Flâner et glaner des images insolites à raccorder entre elles ....


Clin d'oeil !! mais chacun reste dans sa bulle


Prendre le temps d'imaginer une histoire ..triste , gaie peu importe c'est une histoire


"Chuchoter des pas sur la marge des choses "


(cette dernière phrase de Philippe Delerm)


A suivre ...


dimanche 4 octobre 2009

ESCAPADE


Escapade pour quelques jours avec les mots de Philippe Delerm

"...il aime les choses qui lui vont bien ....

Flâner .. baguenauder..et cueillir le meilleur des jours

..acheter le nouveau pull d'automne qui donnera des couleurs àla saison

...et noter dans son calepin noir

...Prendre un café en terrasse , cela relève - t-il d'une alchimie parisienne??"

Tout ceci dans QUELQUE CHOSE EN LUI DE BARTLEBY

A bientôt

jeudi 1 octobre 2009

SCULPTEURS à LA TOUR ROYALE de TOULON




Avant que ne se termine la présentation de sculptures contemporaines dans l'enceinte de la Tour Royale , un regard vers ce mélange de formes et de matières qui se profilent au milieu de ce lieu Historique et prestigieux


Le pétronaute de Jean AMADO (1922-1995)


Ses sculptures curieusement agencées de ciment , sable , et pigments recouvertent de découpes donnent une apparence de bois vieilli


"Rien n'est prévu , je dessine ..il faut que ça pousse soi-même... je pars d'une idée qui évolue seule dans l'espace"

mardi 29 septembre 2009

ZHOU GANG Le dynamisme du réel (3)

Crépuscule 2008 (50x50)

L e souffle , Le rythme , Le vide , Le plein là est toute la conception chinoise de l'univers


Zhou Gang d'origine chinoise né en 1958 à Shanghai se rapproche de Zao Wou KI son maître contemporain ,par l'image du chaos universel


Son travail par superposition de couches d'encre, de tâches du bout du pinceau parfois légères ou plus vigoureuses rappelle le style des lettrés du XVIème siècle


Picasso disait "Ne pas montrer la vie mais travailler comme elle"


François Cheng dans le livre du vide médian , parle de " l'interprétation de l'esprit humain et de l'esprit du monde "




Ces notes et images choisies lors de cette promenade hors du temps au Musée d'Arts Asiatiques de Toulon sont en harmonie avec une après -midi d'automne douce et méditative

dimanche 27 septembre 2009

ZHOU GANG Le sentiment du paysage (2)

Vent (1993) 47x70
Renaître( 2007)146x89

"Personne , ne peut changer les lois de la nature , mes peintures obéissent aux règles universelles " dit Zhou Gang




Cet univers poétique des encres rappelle les oeuvres des anciens lettrés par la traduction d' un sentiment personnel , une atmosphère plutôt qu'une représentation du réel


Aussi contempler les images du peintre c'est se purifier le coeur et l'esprit par une méditation directe avec la nature






"Je détiens le noeud de la montagne , son coeur bat en moi " Shiato




( à suivre .... notes relevées sur le catalogue de l'exposition)

vendredi 25 septembre 2009

ZHOU GANG Le souffle de la nature (1)




Le musée d'Arts Asiatiques de Toulon présente le travail de Zhou Gang (1958) peintre contemporain , imprégné de l' art traditionnel chinois


Le Musée (Villa Jules Verne ) domine le petit port et le fort St Louis , développe depuis 2001 ses collections et dons de collectionneurs légués à la Ville


mercredi 23 septembre 2009

ELLE DANSE...


Pour rester dans l'envol du mouvement esquissé:


Elle danse tourbillonnante dans ses voiles

Insouciante

Telle une libellule près du bassin

dimanche 20 septembre 2009

L'ILLIMITE


Le réel n'est jamais refusé , c'est un affûtement sans fin de l'écoute


Que ce soit des silhouettes élégamment colorées aperçues sur le port de St Tropez

ou un envol mystérieux dans l'allée des tombeaux des treize Empereurs Ming prés de Pékin

Le même mouvement rejoint l'épémère


La pellicule aurait elle saisi , l'insaisissable....

samedi 19 septembre 2009

ESQUISSE


Et la glace où se fige un réel mouvement

La force du miroir trompa plus d'un amant

Qui cru aimer la belle

Et n'aima qu'un mirage

Poème à Lou Apollinaire

vendredi 18 septembre 2009

GEORGES ROUAULT (3)

IL ARRIVE QUE LA ROUTE SOIT BELLE (1948)

Pour reprendre cette phrase du peintre à André Suarès en 1913


"La joie ....elle est au début de l'oeuvre et encore plus au bout , plus belle ,plus vivante ,je suis le peintre de la joie .....par la fraternité humaine"


A partir de 1948 , jusqu'en 1952 Georges Rouault travaille à une série de peintures plus claires et renouvelle sa palette en restant fidèle à son amour de la matière et à son inspiration
Cette toile (indiquée par une amie lors de l'exposition de l'Annonciade) est effectivement plus colorée et la matière forte retient la lumière


jeudi 17 septembre 2009

GEORGES ROUAULT suite


Un poème en prose de Baudelaire traduit parfaitement ce paysage


"...Un grand ciel gris , dans une plaine poudreuse , sans chemin , sans gazon , sans un chardon , sans une ortie, Je rencontrais plusieurs hommes qui marchaient courbés.Je questionnai un de ces hommes et lui demandai où ils allaientainsi;il me répondit qu'il n'en savait rien , ni lui , ni les autres, mais qu'évidemment ils allaient quelque part......

Tous ces visages fatigués et sérieux ne témoignaient aucun désespoir ; sous la coupole spleenétiquedu ciel, les pieds plongésdans la poussière d'un sol aussi désolé que le ciel, ils cheminaientavec la physionomie résignée de ceux qui sont condamnés à espérer toujours"

mercredi 16 septembre 2009

GEORGES ROUAULT A L'ANNONCIADE




En ce bel été de soleil et de grands bâteaux sur le port de Saint- Tropez
Des paysages sombres et tragiques où s'incruste le drame humain dans toute son universalité , se déploient dans les salles du musée
60 ans de paysages imaginaires , architecturés où la lumière éclate par un soleil flamboyant .La foi et une joie d'espoir flottent sur les oeuvres de Rouault
"Ne parlez pas de moi, je ne suis qu'un cri dans la nuit , le lierre de la misère éternelle "disait dit-il souvent
La peinture de Georges Rouault est l'écriture de la vie d'un homme

et cette antinomie juxtaposée entre le "clinquant" factice de St Tropez et la condition humaine est une méditation en soi